Survivre à une fusillade dans une école

Survivre à une fusillade dans une école

Survivre à une fusillade dans une école 2560 1262 BÜNKL

La récente fusillade survenue à la Robb Elementary School d’Uvalde au Texas relance le débat des pièces de panique dans les écoles. Un événement qui fait écho à l’assassinat du professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine en octobre 2020.

Un enfant en état de choc appelle l’un de ses parents sur fond de détonations : “À l’aide maman, quelqu’un tire sur tout le monde à l’école, mon camarade est mort, je suis en train de courir, je ne sais pas quoi faire…”

Ce sont les mots effrayants que pourraient prononcer nos enfants si cet événement dramatique se reproduisait sur notre sol. Quelque soit le lieu où pourrait intervenir une tuerie de masse, sauriez-vous comment réagir, quoi faire ? Il n’est pas évident pour le cerveau humain d’imaginer des scénarios de pandémonium aussi horribles, mais l’exercice mental qui consiste à s’y projeter pourrait vous sauver la vie et celle de votre famille.

En effet, de nombreux témoignages recueillis à la suite de fusillades, démontrent que les personnes frappées par la sidération ont été les premières victimes. En cause : l’anéantissement temporaire de leur capacité à analyser une situation de danger imminent, une réponse neurobiologique du cerveau qui laisse certaines personnes paralysées par la peur. La compréhension de ce qui se passe réellement et son acceptation est la première étape pour survivre à une attaque. Ce que vous entreprendrez dans les secondes après avoir réalisé que quelque chose de terrible se produit sera crucial pour votre survie.

Spot intitulé “Les essentiels de la rentrée” diffusé par l’association Sandy Hook Promise qui a vue le jour après une tuerie dans une école primaire en 2012″.

Cela est plus difficile qu’il n’y paraît, car notre cerveau est doté de puissants mécanismes destinés à nous protéger de traumatismes émotionnels, à commencer par le déni. Lorsque nos pensées entrent en opposition, raisonnement et émotion ne font pas bon ménage. Quand une réalité est inconfortable, une personne pourrait choisir de croire en quelque chose de faux simplement pour satisfaire son besoin de “confort psychologique”. Il entre alors en dissonance cognitive.

La capacité à accepter ce qui s’est produit vraiment est la qualité partagée par tous ceux qui ont survécu à une catastrophe majeure (attentas, accidents, catastrophes naturelles…). Les personnes pétrifiées par la peur dans une tuerie de masse s’offrent comme des cibles faciles.

En attendant que les écoles et les lieux sensibles soient dotés de pièces de panique immédiatement accessibles, vous pouvez entraîner votre cerveau à agir en cas d’événement majeur et élever votre niveau de vigilance. Lorsque vous êtes en public, dans un centre commercial comme dans la rue, rangez votre smartphone et observez votre environnement et les personnes qui s’y déplacent. Quelqu’un vous paraît suspect ? Quelles sont les possibilités de fuite, les lieux de repli, les éléments urbains qui pourraient stopper une balle perdue ? Présentez cet exercice à vos enfants comme un jeu, au travers d’une invasion extra-terrestre. Ils trouveront naturellement par où fuir ou se cacher le plus rapidement. S’ils choisissent de s’abriter, apprenez leur à distinguer un mur solide d’une cloison creuse. Il leur faudra peut être dépasser le conditionnement social qui interdit la destruction de la propriété. En effet, détruire une vitre avec une chaise n’est pas une mauvaise chose si c’est pour fuir un danger.

Dites vous que si vous ne pouvez influer directement sur les événements, vous pouvez au moins diminuer leur emprise sur vous. Pour vous préparer aux scénarios de crises majeures, consultez également nos formations R.E.A.D.


    Comment sont utilisées vos données de navigation ?

    Nous utilisons différentes technologies de traceurs, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus, faciliter votre navigation et analyser le trafic. Vous pouvez si vous le souhaitez, désactiver partiellement ou totalement les données ainsi collectées.

    Comme la majorité des sites internet, Bünkl.fr utilise des “cookies” pour vous fournir une meilleure expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation, vous acceptez implicitement leurs utilisations.